Future Of Building Bannerfr

L'avenir de la gestion de l'information sur les bâtiments et les projets

25 nov. 2021 8 min. de lecture

Article initialement publié par Newforma

¿Hablas español? Peut-être? Peut-être pas?

Imaginez si vous travailliez sur un nouveau projet et qu'on vous disait que tout le monde doit parler espagnol. Vous ne connaissez pas l'espagnol. Cela ne vous dérange pas d'apprendre une nouvelle langue. Mais aurez-vous le temps d'étudier une langue avec les courts délais de construction? Votre équipe serait-elle être aussi productive et créative en ne travaillant pas dans leur langue maternelle?

L'exemple du «Parlez-vous espagnol» n'est pas sans rappeler ce qui se passe aujourd'hui avec les systèmes d'information de la construction. Les équipes de projet doivent souvent utiliser la plate-forme logicielle des autres équipes. Apprendre un nouveau logiciel, c'est comme apprendre une nouvelle langue. Ce n'est pas forcément difficile, mais cela prend du temps. Serait-il plus efficace d'utiliser les outils qui conviennent le mieux à nos équipes? Ne pouvons-nous pas trouver un moyen commun de partager des informations ? C'est le dilemme auquel la plupart des équipes sont confrontées aujourd'hui : comment pouvons-nous partager efficacement des informations si nous parlons différentes langues ?

Traduire l'information grâce à l'interopérabilité.

Le 24 novembre 2021, Christian Proulx, vice-président des ventes et du marketing chez BIM Track, et Rob Stephen, ventes et opérations au Royaume-Uni, Newforma, sont montés sur scène lors du Digital Construction Week à Londres pour présenter « Paving the Way for true interoperability - L'aspect comportemental de la numérisation : Normes ouvertes et ouverture au changement » pour partager leur vision de l'avenir.

Exiger que tous les membres de l'équipe utilisent la plate-forme logicielle du même fournisseur peut faciliter la collaboration, toutefois, ce sera au détriment de la productivité et de la créativité. Voilà pourquoi les standards ouverts et l'interopérabilité sont essentiels. Pour créer un écosystème viable, les développeurs comme Newforma et BIM Track ouvrent la voie à l'interopérabilité. En tant que partisans des formats ouverts, les deux sociétés apprécient la mise en place d'un écosystème en inter-relié. Cela permet aux équipes de continuer à utiliser leurs logiciels préférés sans compromettre la capacité de partager des informations.

Partager des informations ne devrait pas être si difficile.

Nous comprenons déjà comment partager des informations dans un contexte légèrement différent. Avant d'avoir Adobe PDF, nous utilisions différents outils de traitement de texte qui ne se parlaient pas. C'était pénible de recevoir un document dans un format que l'on ne peut pas ouvrir. Adobe a transformé le monde des affaires avec le format PDF et le logiciel Adobe Reader. Nous pouvons utiliser n'importe quelle application et en enregistrant le fichier au format PDF, nous savons que d'autres pourront l'ouvrir.

But in a recent study conducted by Newforma and Dodge Data and Analytics, over half of architect and engineering survey respondents indicated that collaborating with people outside their organization is a major challenge. Many AEC firms continue to struggle with finding the right balance between using best-in-class software applications that enable more creativity and having an efficient and reliable way to share information across the project life cycle.

Dans une étude récente menée par Newforma et Dodge Data and Analytics, plus de la moitié des architectes et ingénieurs interrogés ont indiqué que la collaboration avec des équipes hors de leur organisation était un défi majeur. De nombreuses entreprises AEC continuent à chercher l'équilibre entre l'utilisation des meilleurs logiciels qui permettent plus de créativité et un moyen efficace de partager des informations tout au long du cycle de vie du projet.

Aujourd'hui, partager des informations est un peu plus facile dans le monde du BIM.

Depuis un certain temps dans l'industrie AEC, l'interopérabilité est un mot à la mode. Que signifie l'interopérabilité des données? C'est simple. Il s'agit de la capacité de différents systèmes et logiciels à échanger ou à partager des données de manière cohérente et fiable. Mais l'interopérabilité nécessite une approche commune de l'échange d'informations. C'est-à-dire les normes. Encore un autre mot à la mode!

Dans le monde du BIM, il existe déjà des normes équivalentes à Adobe PDF. L'organisation internationale buildingSMART a travaillé sur des normes de partage de données BIM appelées OpenBIM. Il s'agit de partager et de collaborer dans un espace indépendant des fournisseurs. Selon buildingSMART, « L'OpenBIM est un processus collaboratif indépendant des fournisseurs. Les processus OpenBIM prennent en charge une collaboration transparente pour tous les participants au projet. OpenBIM facilite l'interopérabilité pour que les projets et les actifs en profitent tout au long de leur cycle de vie ».

La norme Industry Foundation Classes (IFC) fait partie de l'OpenBIM. Cette norme permet aux architectes de travailler dans leur logiciel de modélisation, puis d'exporter un modèle de référence à partager avec les disciplines d'ingénierie de l'équipe de projet. Les ingénieurs peuvent ensuite importer le modèle de référence dans leur logiciel d'analyse. Si l'ingénieur demande une modification du modèle, il doit revenir vers l'architecte pour effectuer la modification puis émettre une nouvelle référence IFC. Chaque discipline reste l'auteur et le propriétaire de son contenu. En plus de l'IFC, BuildingSMART dispose également d'une norme pour partager les communications associées appelée Building Collaboration Format ou BCF.

Lorsque le projet quitte la phase de conception, cela devient un peu plus compliqué.

L'interopérabilité existe dans le monde de la gestion des informations de projet (PIM).

La phase de construction du projet implique plus d'équipes, ce qui rend le partage d'informations plus difficile. Les entrepreneurs ont besoin d'informations et de systèmes pour commencer le processus de construction. De plus, les entrepreneurs ont besoin de solutions logicielles qui parlent leur langue. Le type d'informations échangées lors de la phase de construction est également différent. Des centaines, et parfois des milliers, de documents sont créés et gérés, notamment les soumissions, les RFI, les ordres de modification, les rapports de terrain et les éléments de liste de tâches (punch lists).

Cependant, les informations ont tendance à être partagées de manière linéaire, rendant plus difficile pour tout le monde d'accéder aux informations dont ils ont besoin. Par exemple, les éléments de liste de tâches créés en aval du processus et stockés dans le système de l'entrepreneur ne sont pas facilement accessibles pour l'architecte.

Les normes contribuent à résoudre ce problème. Les normes de partage d'informations, c'est-à dire les interfaces de programmation d'applications (API), permettent aux équipes de projet d'utiliser le logiciel qu'elles préfèrent tout en permettant aux équipes de partager.

Passer à l'étape suivante : brouiller les lignes de données linéaires.

Les flux de travail de conception ont traditionnellement été isolés de l'environnement bâti. Faire passer la transformation numérique au niveau supérieur nécessite que les frontières entre l'environnement de conception et de construction s'estompent. Il s'agit de relier les informations de manière significative - en définissant les relations entre les actifs numériques, quels que soient l'origine, le moment et l'origine des données. Cela nous permet d'examiner l'information d'une manière plus globale.

Changer notre façon de penser l'information en examinant l'actif numérique - en tant qu'élément de la construction - nous aidera à établir ces relations d'information. Que dois-je savoir sur cet actif immobilier ? Quelles informations sont pertinentes pour prendre des décisions concernant cet actif immobilier ?

S'y rendre à partir d'ici -
mieux utiliser les données.

L'industrie AECO cherche des moyens de mieux utiliser les données de construction. Le concept d'un jumeau numérique est populaire et certainement intrigant. Mais un jumeau numérique, une représentation numérique de la construction, nécessite beaucoup, beaucoup de données – De son passé et d'aujourd'hui. Cela nécessite d'extraire des données à partir d'applications, d'archives et de processus de travail en silos et de créer des relations d'information.

Une étude de la Global Infrastructure Initiative par McKinsey « Jumeau numérique : Rendre la construction modulaire au niveau supérieur » explique que la construction a toujours été un processus linéaire où « chaque étape du processus doit être communiquée entre l'architecte, l'ingénieur et la construction ». McKinsey fait le lien avec la construction modulaire et aux jumeaux numériques. Cependant, le concept de rupture de la chaîne linéaire ou du flux d'informations tout au long du cycle de vie du projet ouvrira une multitude de nouvelles possibilités, y compris la réalité des jumeaux numériques. McKinsey explique que rendre les volumes de données facilement accessibles « au-delà de la conception de base peuvent être stockés numériquement et partagés entre toutes les parties prenantes et à toutes les étapes. Les concepteurs, qui ont traditionnellement été isolés des processus de construction et de fabrication en aval, bénéficient d'une approche collaborative et d'une compréhension du projet, avec des paramètres techniques fermement intégrés dans l'algorithme de conception.

Nous avons toutes les pièces, mais c'est la façon de l'assembler qui compte.

En février 2021, Newforma a annoncé l'acquisition de la société canadienne BIM One, afin d'unir ses forces pour créer un nouvel écosystème viable pour l'industrie AECO.

Newforma et BIM Track partagent la conviction que l'interopérabilité et les normes ouvertes sont des impératifs non négociables pour l'évolution de l'industrie AECO et pour amener le monde construit au-delà du BIM - vers une véritable collaboration « ouverte ». En tant que fervent partisan des formats ouverts et de la valeur de permettre un écosystème véritablement intégré, la matière grise pour rassembler toutes les pièces est désormais en un seul endroit.

Ce serait un monde assez ennuyeux si nous étions tous obligés de parler la même langue. Cela aurait certainement un impact sur notre productivité et notre créativité. Il en va de même pour un monde où tout le monde doit utiliser les mêmes logiciels. Avoir la possibilité de choisir le logiciel qui fonctionne le mieux, tout en favorisant un environnement de collaboration et de partage, guidé par des normes ouvertes. C'est en quoi consiste la transformation numérique de l'actif bâti.

Les présentations Newforma et BIM Track de la conférence Digital Construction Week sont accessibles ici.

Peg Landry

Content Marketing Strategist at Newforma

30 septembre 2021 6 min. de lecture

Pouvez-vous donner un sens aux données de votre projet de construction? Découvrez comment créer des tableaux de bord de projet puissants avec Power BI et BIM Track dans cet article de blogue.

14 juillet 2021 6 min. de lecture

Une mauvaise communication coûte trop cher à l’industrie AEC. Lisez cet article de blogue pour quelques conseils pratiques pour améliorer l’efficacité de votre communication.

12 avril 2021 5 min. de lecture

Dans cet article de blogue, nous décomposons 9 trousses d'applications AEC pour les Architectes, les Coordinateurs BIM et les Gestionnaires de Projet afin de dynamiser votre flux de travail de coordination.