DSC031521.jpg

14 juin 2017

Êtes-vous vraiment en contrôle des communications entourant vos modèles 3D?

De nombreux moyens de communication existent aujourd'hui afin d'aider toutes les parties prenantes à réaliser des projets de construction. N'avez-vous jamais entendu l'adage "il n'y a rien de mieux qu'un appel téléphonique pour résoudre un problème?" C'est vrai. Cependant, les gens ont tendance à oublier de partager les résultats finaux de l'appel et ce qui a été discuté. Lorsque le problème se reproduit, les mêmes discussions se répètent encore et encore. C'est une problème infernale, qui prend du temps et qui gruge le budget.

Les courriels sont un moyen efficace de communiquer, mais une boîte aux lettres n'est pas un outil de gestion. Nous recevons tellement de courriels par jour, que cela peut prendre une heure ou deux, chaque jour, pour lire tous nos courriels, y répondre et les archiver. De plus, vous devez prendre des notes pour vous souvenir de ce que vous devez «faire». Un autre problème? Les boîtes aux lettres ne sont partagées avec aucun de vos collègues. Si les experts clés partent en vacances avec des informations précieuses dans leurs boîtes aux lettres, le reste de l'équipe va fort problablement gincer des dents jusqu'à ce qu'ils reviennent. En ce qui concerne les autres méthodes de communication, les lettres sont pour les avocats et les télécopies ont été abandonnées, au siècle dernier.

Ces méthodes de communication archaïques ont deux points communs: elles ont de faibles capacités de gestion de projet et ne sont pas liées à des modèles 3D. Dans un projet impliquant la modélisation et la coordination 3D, que ce soit pendant la phase de conception ou pendant la phase de pré-construction, beaucoup de communications doivent avoir lieu - et le temps est extrêmement limité.

Tout d'abord, qu'est-ce qui rend un projet réussi? Outre de bonnes compétences techniques, nous avons identifié 4 piliers pour un projet réussi:

  • Les communications sont très importantes. La plupart des gens prennent les choses pour acquises dû à l'expérience qu'ils ont. Ils imaginent que d'autres personnes agiront ou penseront de la même manière. Cela entraîne beaucoup d'attente ou de travail.
  • Idem pour l'accessibilité des données. Si l'information n'est pas disponible, les gens vont attendre une réponse, ou même mettre leur travail de côté jusqu'à ce qu'ils en obtiennent une. Retarder les tâches est très inefficace et a un impact sur les délais de chacun.
  • Lorsque vous ne mettez pas en place un système pour suivre les problèmes ou les questions, les gens sont submergés par l'ampleur des choses à résoudre. Le doute et la confusion entrent en jeu. Beaucoup d'énergie est gaspillée. Des erreurs sont inévitablement commises et les questions restent sans réponse dans le chaos que tout cela amène.
  • Comprendre le contexte derrière un problème est essentiel pour apprendre de nos erreurs, adapter nos méthodes et améliorer la performance d'exécution de nos projets.

Voici certaines choses qui doivent être suivies pendant le processus de conception et de construction (et entre les deux!):

  • Pendant la phase de conception, il y a un cycle qui rassemble le client, l'architecte, les ingénieurs, peut-être un directeur de la construction, et d'autres consultants. À ce stade, l'équipe doit communiquer les conflits, les demandes, les informations manquantes, la non-conformité du code, les exigences de portée non satisfaites et d'autres questions liées au modèle.
  • Ensuite, pendant la phase de construction, l'entrepreneur général ou le directeur de la construction commence la coordination pour construire ce qui était prévu pendant la phase de conception. Il peut également avoir beaucoup de questions liées au modèle à partager et à suivre, tels que les conflits, les propositions, la validation des exigences. Il doit signaler les informations manquantes dans la documentation de conception, faire un suivi sur demande et bien plus encore.
  • Les éléments les plus cruciaux à suivre, en raison des implications contractuelles, sont les communications entre l'équipe de conception et l'équipe de construction, telles que les demandes d'information, les remplacements, les questions de constructibilité, les questions de conformité, etc.

 

 

Les utilisateurs comprennent maintenant que la détection des questions avec le logiciel de détection des collisions n'est pas la même chose que la gestion des questions dans une plateforme de suivi. La plupart des outils sont conçus pour détecter les questions, mais leurs fonctionnalités de gestion sont insuffisantes pour résoudre les questions à temps. Même si un modèle n'a pas de conflit, cela ne signifie pas que rien ne doit être discuté autour du modèle, lors d'une réunion de revue de conception ou de sessions d'ingénierie de valeur.

Le flux de travail de coordination typique, et non optimal, commence d'abord lorsque les modélisateurs BIM créent les modèles dans leur logiciel de création préféré. Ils partagent ensuite les modèles avec les gestionnaires et les coordinateurs BIM. Les responsables ou coordinateurs BIM fusionnent les modèles, les inspectent pour une assurance qualité, effectuent une analyse des conflits et inspectent les conflits. Ils compilent les questions et les commentaires dans un rapport et partagent le rapport avec d'autres parties prenantes. Les parties prenantes lisent, annotent et partagent les rapports avec les modélisateurs BIM pour corriger les modèles en utilisant leur logiciel BIM. Enfin, les modélisateurs renvoient les modèles révisés à l'environnement de partage de données avec des problèmes résolus et non résolus. Ils doivent annoter les rapports s'ils veulent rapporter les éléments qu'ils ont corrigés.

 

Étant donné que différentes versions de la même information peuvent coexister dans différentes boîtes aux lettres et emplacements, il est évident que des informations peuvent être perdues ou produites deux fois dans ce processus, ce qui entraîne des délais, une planification erronée et des dépassements de coûts. Les problèmes avec les workflows de coordination de modèles typiques sont:

  • Il n'y a pas de liens avec les modèles.
  • Les rapports incluent uniquement des descriptions textuelles des questions.
  • Un temps précieux est gaspillé à chercher les questions dans le logiciel de création.
  • Il existe plusieurs canaux et formats pour partager des informations.
  • Il est difficile de suivre et de contrôler l'histoire et l'évolution des communications autour des questions.
  • Vous finissez par travailler dans des silos.
  • Il y a un risque important de perdre le contrôle du processus et de ne pas résoudre la questions à temps.

Mais "nous utilisons des points de vue sauvegardés dans le modèle pour partager les questions, n'est-ce pas suffisant?" Dites-vous.

  • La méthode des points de vue est un processus basé sur un fichier qui nécessite une gestion de fichiers pour l'échange de versions de modèle.
  • Cela entraîne des communications différées; cela peut être très préjudiciable dans un projet accéléré.
  • File-based signifie que les statuts des points de vue ne changent pas instantanément; vous et votre collègue pourriez tous deux travailler à résoudre les mêmes questions.
  • Cela signifie aussi que les capacités de reporting sont nulles ou mauvaises.
  • Il peut exiger l'utilisation de logiciels coûteux juste pour voir les questions.
  • L'interopérabilité entre différentes plates-formes n'est pas possible.
  • Il ne fournit pas d'accès universel basé sur le Web. L'installation du logiciel peut être requise.

BIM Track améliore ce flux de travail en gérant les problèmes de A à Z. Les modélisateurs BIM créent les modèles et les partagent avec les gestionnaires et les coordinateurs BIM. Ces derniers, à leur tour, fusionnent les modèles, les inspectent pour une assurance de qualité, exécutent des analyses de collision, vérifient les informations, etc. Ils publient les questions directement dans BIM Track et ont accès à toutes les informations les plus récentes. Maintenant que les questions sont centralisées avec BIM Track, le reste de l'équipe de projet peut afficher la liste des questions via les navigateurs Web à l'aide d'appareils mobiles ou d'ordinateurs sans devoir télécharger et installer aucun logiciel tiers.

De plus, BIM Track est livré avec des compléments développés pour Revit, Navisworks et Tekla. D'autres connexions à venir sont en cours de développement. BIM Track permet aux utilisateurs de rester "en contexte" pour une mise au point et une efficacité optimales afin qu'ils ne soient pas distraits par la commutation entre différents logiciels. Vous pourriez vous demander comment nous connectons les différentes plateformes à travers le cloud. Nous utilisons le format de collaboration BIM (BCF) et nos questions sont structurées autour de ce format BCF, qui est un format ouvert, développé par buildingSMART pour assurer l'interopérabilité avec les logiciels de différents fournisseurs. En quelques mots, un BCF comprend:

  • Coordonnées et orientation géoréférencées (points de vue)
  • Image ("screenshots") prise lors de la création de la question
  • Attributs, tels que l'identification, le titre, la description, l'assignation, etc.

Le flux de travail de coordination Open BIM amélioré de BIM Track fonctionne de la façon suivante:

  • Premièrement, la modélisation peut être effectuée avec des logiciels qui ne proviennent peut-être pas des mêmes fournisseurs, car les utilisateurs ont des besoins divers. Une fois que les utilisateurs sont prêts à partager leurs modèles, ils les exportent en tant que fichiers IFC et téléchargent les fichiers IFC sur BIM Track, où ils peuvent également être ainsi téléchargés à titre de référence dans d'autres logiciels.
  • Une fois la révision du modèle terminée, les questions peuvent être publiées dans BIM Track pour la gestion, puis récupérées dans le logiciel de modélisation où les questions peuvent être résolues.

BIM Track offre une interopérabilité sans précédent et fournit un référentiel central entre une variété de logiciels, tels que RevitVectorworksDDS-CADArchicad, Solibri, Tekla Structure, Tekla BIMsight, Aconex, qui ont des communications basées sur des fichiers BCF. En plus des compléments BIM Track directement intégrés dans différents progiciels, BIM Track peut également être intégré dans d'autres solutions à l'aide de son API ouverte.

Une question peut être créée sur différentes plateformes et être instantanément accessible dans d'autres. Voici quelques flux de travail populaires:

  • Un gestionnaire de projet soulève une question dans le tableau de bord BIM Track. Le modeleur accède à Revit pour la réparer.
  • Le CP soulève une question dans Navisworks et le chef de projet l'accède au tableau de bord pour fournir une solution.
  • Un détaillant d'acier soulève une question dans Tekla. Un autre detaillant en acier l'accède à un autre modèle Tekla car ils collaborent dans la même zone.
  • Un architecte soulève une question dans son modèle Revit. L'ingénieur accède à son propre modèle Revit structurel.
  • Etc.


Dans l'ensemble, l'utilisation d'un logiciel de suivi des questions offre de nombreux avantages par rapport au statu quo. Par exemple, une plateforme de gestion des questions avec des métadonnées améliorera les temps de recherche. Une solution multiplateforme qui relie différents logiciels AEC à l'aide d'OpenBIM crée des canaux de communication directs. L'identification et la résolution des questions «In Context» vous permettent de vous concentrer sur votre outil de travail quotidien. L'accès basé sur le Web et le cloud, sans installation de logiciel requise, implique plus de personnes dans le processus de coordination BIM (suppression des processus parallèles). Une interface centrée sur les question, simple et intuitive, permet un travail plus productif autour des images qui affichent plus clairement les questions. Les utilisateurs obtiennent des mises à jour instantanées des questions , quels que soient les outils avec lesquels ils travaillent.

Pourquoi ne pas rendre la communication plus facile et plus intéressante afin de rationaliser vos flux de travail? Le but de BIM Track n'est pas de générer des résultats percutants en travaillant plus fort. C'est une plateforme qui a été développée pour que les gens n'aient pas à travailler dur pour gérer les communications. Ils ont choisi BIM Track parce que cela leur donne plus de temps pour réfléchir et se concentrer sur ce qui compte vraiment: le projet.

“Les pertes les plus dangereuses sont celles que nous ne reconnaissons pas.”–Shigeo Shingo

Carl Veillette

Co-fondateur, Vice-président innovation & technologies

Pourquoi le suivi des question est plus que des conflits

Quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit lorsque vous pensez à un logiciel de suivi des questions? Des conflits? Et probablement: "Mais je les gère tous dans Navisworks, ça va.". Avez-vous déjà remarqué quand quelqu'un dit qu'il va bien, il signifie généralement le contraire?